E. du Perron
aan
Evelyn Blackett

Gistoux, [oktober 1929]

Gistoux, vendredi.

 

Ma chère Eveline,

Ce matin votre autre lettre, celle avec les réponses.

Elle est bien plus explicite que le simple feuillet d'hier; et pourtant j'ai beaucoup moins à vous dire. Hier j'avais besoin de toute mon intelligence pour vous répondre sans rue laisser aller moi-même - ce qui n'aurait pas ‘amélioré’ les choses*, - aujourd'hui je me rends compte que vous et moi, nous sommes tout à fait d'accord sur notre ‘situation’. Je vous avais comprise hier, avant l'explication d'aujourd'hui. And I told you in my way that you were falling in love with my letters.

Eveline, j'ai beaucoup de défauts, mais certes pas celui d'être - même un peu - comédien. Il se peut que, dans mes lettres, je me sois parfois trompé, mais jamais en le voulant bien.

J'ai ri en lisant ce que vous craigniez pour moi (ou de moi??) au point de vue ‘vices’. Quand je vous disais que le point de vue ‘sain’ ne m'intéressait pas toujours, c'était parce que je pensais à M. André Gide p. ex., qui pour moi est l'homme le plus intéressant de sa génération**. Je connais aussi à fond! - la littérature érotique française. Et je me suis parfois exercé à mettre en pratique certains jeux. Mais c'est tout, absolument tout. Je ne suis ni masturbateur - comme le pauvre homme qui s'est confessé auprès de vous, - ni homo-sexuel, ni sadiste, ni masochiste! Là; êtes-vous tranquillisée, dear? Je ne suis que marié. C'est peut-être le pire n'est-ce pas?

Maintenant écoutez bien. Je viendrai en Angleterre vers le 24 novembre, puisque tel est votre désir. Nous irons à Durham; nous rentrerons à Oxford; nous rentrerons peut-être ensemble en Belgique? Lead and I folow! - Pendant ce temps je me conduirai absolument comme vous le voudrez. Le petit gros monsieur a du moins la qualité de savoir se dominer entièrement, s'il le faut. Du moment que nous cesserons d'être vrais - car si nous nous aimions en silence, et en martyrs: ‘you never will know it’, ce serait assez çà - je jouerai n'importe quel jeu, dear, que vous m'imposerez. Et très bien; et même sans oublier que je n'en reste pas moins votre ami.

(Je vous trouverais un peu moins délicieusement jeune et spontanée, c'est tout. Mais vous arriveriez à me faire admirer vos véritables qualités brittaniques, peut-être ...)

Je vous quitte ici, parce que - comme avec le littérateur hollandais d'hier soir - ma plume s'arrête. - Le reste de votre lettre, j'y répondrai un autre jour.

Merci de tous les renseignements. Je vais tout à l'heure à Bruxelles et m'informerai dans un bureau de voyages et y prendrai quelques prospectus. Le 24 novembre is - a - very - long - way - off ...***

Merci aussi de vouloir être là quand je ‘lutterai avec la mort’. Si Dieu ne m'envoie pas un Mensonge, mais vous envoie, vous, je suis sûr de ne pas perdre au change.

‘I kiss your lovely hand, madame’. (And dream of - vous connaissez la chanson?)

Votre

Ed.

 

* Supposé qu'elles ne soient pas bien ainsi!

** En France.

*** But perhaps it's better so.

 

Origineel: Den Haag, Letterkundig Museum

vorige | volgende in deze correspondentie
vorige | volgende in alle correspondentie