E. du Perron
aan
G. Prampolini

Gistoux, 27 juni 1929

Gistoux.27.6.29.

 

Cher Monsieur,

Oui, je suis à la campagne et mon Dieu, on n'a pas chaud ici. Depuis 3 jours les cieux nous régalent même de quelques jolies petites tempêtes assez réussies. Je reviens d'ailleurs de la Hollande, et même de la Frislande, ce pays dont vous connaissez si bien la langue, sans savoir, sans doute, que cette langue y a déformé à peu près toutes les bouches des femmes. Moi, je sais à présent ce que c'est qu'une bouche frisonne.

Chez Jacques Bloem, où j'ai logé pendant 3 ou 4 jours, j'ai eu tout mon saoul de vent et de pluie; ainsi à Bergen, chez Roland Holst, bien qu'un peu moins (mais lá on faisait de la bicyclette!) Mon roman va mal, mes cahiers sont arrêtés; je n'écris plus etje ne lis que pour me prouver que je sais encore m'occuper de quelque chose. Ce n'est pas comme jan Greshoff qui parcourt la Hollande, lui aussi, mais pour ‘examiner’ des centaines de pauvres enfants. Je vous fais mes cordiales amitiés ainsi qu'aux vôtres et vous prie de me croire votre

EdP.

vorige | volgende in deze correspondentie
vorige | volgende in alle correspondentie