E. du Perron
aan
Suzette Molino

Oxford, 6 november 1929

Mercredi.

 

Mademoiselle,

Merci de votre billet qui est la chose la plus claire que j'ai vue depuis que je suis ici. Je regrette sincèrement de ne pas avoir eu le plaisir de votre compagnie - mais ce que vous avez fait est dix fois mieux au point de vue ‘clarté’. Veuillez demander à Eveline de ne me rien écrire du tout; j'aime infiniment mieux me tenir à votre formule nette (- avec ce mot souligné). Il y a eu entre E. et moi beaucoup trop de mots; et surtout de mots écrits.

Et vous m'avez tout de même très bien aidé à comprendre les ‘choses britanniques’; pour cela aussi je vous remercie.

Je vous laisse à votre lecture de Claudel et vous souhaite de tout coeur de rester pas mal française.

Permettez-moi, mademoiselle, de vous serrer cordialement la main.

EduPerron

 

Vous devriez lire, plus tard, un livre anglais défendu en Angleterre, à cause de quelques ‘mots’: Lady Chatterley's Lover par D.H. Lawrence. (Il existe une édition populaire imprimée en France.) J'ai trouvé ce livre un peu lourd - mais décidément, il n'est pas si mal que çà ...

 

Origineel: Den Haag, Letterkundig Museum

vorige | volgende in deze correspondentie
vorige | volgende in alle correspondentie