E. du Perron
aan
Pedro Creixams

Brussel, 19 maart 1925

Brux. 19-3-25

 

Mon bon vieux,

j'ai bien reçu tes dessins; inutile de te peindre ma joie en les voyant, j'ai ronronné une heure durant. C'était vraiment très-bien - je dis c'était, car ils sont déjà chez le clicheur. Les deux premiers sont pour moi les meilleurs, puis le cinquième. Le no.3 est comme tu dis moins bien que les autres, pourtant nullement nul! Je le reproduirai quand même si ça ne te fait rien. Je les ai du reste signés (tous les cinq pour toi; je suppose que tu trouves cela très-gentil de ma part? Dès que les clichés seront faits je t'enverrai des épreuves. Et merci et remerci pour ce bon travail, tu es un ‘chic type’ et je t'aime plus que jamais! Dans des petits détails tu te montres assez saligaud - pourquoi tous ces bonshommes ont-ils l'air de bander dans leurs pantalons? c'est moi qui t'ai dit ça? - mais enfin, je te suis bien reconnaissant parce que, sans quitter ce côté ‘humanitaire’ qui caractérise ton oeuvre, tu as su être drôle. Je suis très-très-content, c'est tout te dire. Tu es magnifique; ollé! comme disait ce con.

Autre histoire, j'aimerais certainement aller à Orange, tu vois ça de là; malheureusement je serai obligé de rester ici les premiers temps à venir. Manque d'argent tout simplement. J'ai des reliures à payer, des éditions, une armoire, puis j'ai encore des dettes: mon si vénérable père lui-même me réclame 800 balles! C'est pour cela qu'avec la meilleure volonté du monde je n'aurais pu t'envoyer ces billets doux qu'on aime toujours, si j'avais dû les chercher dans ma bourse. Mais j'ai eu une bonne idée: tu sais que mon père aimerait toujours avoir une toile du peintre Creixams, ce type à gueule de mec qu'on voyait souvent boulevard - comment que ça s'appelle donc? - bref, je l'ai tapé. C'est ainsi que tu as pu trouver dans cette enveloppe 150 frs belges (hélas!); mais ça se change, paraît-il, même à Orange. Considères ça comme acompte sur quelque toile que tu feras pour lui ou que je choisirai quand nous serons de nouveau ensemble, soit à Panam soit -? Combien de temps comptes-tu rester à Orange?

Ici il fait mieux depuis quelque temps. Je ressors, j'ai quitté, Dieu merci, les livres, je revis un peu.

On donne au Marais une pièce en 3 actes d'Odilon-Jean Périer, Les Indifférents. J'irai voir cela dimanche.

Que fais-tu de bon à présent? Toujours des choses pour Pierre? Je suis content que là-bas, au moins, tu seras moins contrôlé. Et que devient Bonnel? Pia, qui m'a écrit de ces jours, m'a parlé de vos projets d'édition: livres ‘luxurieux’ de luxe, illustrés. Je te vois à l'oeuvre: les bonshommes banderont sans pantalon. Bonnel sera Grand-Protecteur? Fais-lui bien mes compliments et bon souvenir. Embrasse Mourri pour moi en choisissant un endroit propre, et Madeleine où tu veux, - je me remets à ton goût. Voilà, à toi les pinces, mon vieux. Travailles bien, jouïs du, ou au, soleil, tous mes bons voeux. Ecris-moi de temps en temps pour me tenir au courant, je te répondrai sans tarder. Je reste bien ton

Eddy

 

Origineel: particuliere collectie

vorige | volgende in deze correspondentie
vorige | volgende in alle correspondentie