E. du Perron
aan
F. Hellens

Spa, 28 juli 1932

Spa, ce 28 juillet

 

Mon cher ami,

J'ai reçu ta nouvelle2272 ce matin, je l'ai lue et te la renvoie. J'ai fait 2 petites remarques, mais encore, je ne crois pas qu'elles soient justes! L'ensemble est très bien comme ça; c'est une histoire douloureuse, qui continue à donner au lecteur une sensation pénible dans la moëlle épinière. Je n'ai pas compris tout, par exemple; j'aimerais te poser des questions! Mais qu'importent ces détails, puisque le fond, ‘l'âme’ de la nouvelle est si bien, et si bien soutenue.

J'espère que tu t'amuses à St. Idesbald et que Maroussia aussi est contente. Je ne sais pas encore ce que nous ferons quand nous quitterons Spa. Peut-être irons-nous en France. A moins que... Enfin, nous sommes fatigués de bouger et nous ne savons pas très bien nous fixer non plus; nous restons suspendus en espérant mieux.

J'aimerais pouvoir écrire quelque chose; j'ai un tas d'idées, et le moindre commencement d'exécution me persuade de l'inutilité de ‘tout cela’. Comment faire de la vie sur papier, quelque chose qui ait un intérêt réel et qui n'emprunte quasiment rien à la littérature? Il y a toujours quelque ‘arrangement’ horripilant à faire.

Peut-être te reverrai-je avant de partir en France? Amitiés à Maroussia et de ma femme Elisabeth,

la main de ton E.

2272Wschl. het in 1933 verschenen verhaal Fraîcheur de la mer.
vorige | volgende in deze correspondentie
vorige | volgende in alle correspondentie