E. du Perron
aan
F. Hellens

Brussel, vermoedelijk 1 februari 1929

Bruxelles, vendredi soir.

 

Mon cher ami,

J'ai bien vivement regretté de ne pas avoir été chez moi, hier, à l'heure de ta visite. J'étais chez des amis chez qui j'avais dîné et ma mère n'est venue m'y chercher en auto qu'assez tard. Aujourd'hui je serais certainement venu chez toi si j'avais eu à ma disposition ‘l'ombre d'une voix’, - mais voilà: depuis mercredi soir j'ai attrapé une nouvelle chose en ite et aujourd'hui matin je me suis éveillé aphone. (Il y a de ces réveils moins gais que celui, si fameux, de Byron498).

Je continue donc de t'attendre, pour le moment sous les couvertures et tout en empestant la chambre de l'odeur d'alcool camphré et d'autres remèdes du même genre. Si tu venais dans 3 ou 4 jours je te parlerais peut-être de ma voix ordinaire et je pourrais essayer de charmer ton ouïe pas des sons amicaux et dévoués; - mais si tu venais demain je ne réponds pas de l'effet que je pourrais te produire. Je te dis tout ceci sachant que tu es un raffiné du gramophone, et que, pour te charmer, par une cacophonie, il faudrait que la cacophonie soit étudiée et pour le moins volontaire. Il paraît que tu as vu mon gosse et une autre pièce de la collection de ma mère: ma soeur adoptive javanaise499; mais tu as échappé à une vieille dame qui eu fait par-tie, elle aussi, et qui est une cousine authentique de Vincent van Gogh.500 Tranquillise-toi pourtant, pour que tu y tiennes, tu ne perdras rien pour attendre.

Je te montrerai même cela. - Greshoff m'a dit qu'il irait peut-être chez toi demain soir (samedi). Fais mes compliments à tout le monde et crois-moi bien à toi

EdP.

 

Tu excuseras mon style et mes ratures: j'ai pris, depuis hier, nombre et choix aussi de remèdes intérieures.

498Byron constateerde in 1812 na de met een verrassend succes bekroonde verschijning van het eerste deel van zijn gedicht Childe Harold's Pilgrimage: ‘I awoke one morning and found myself famous.’
499Volgens oud-Indisch gebruik had DP's moeder omdat zij geen dochter had een zg. anak mas (letterlijk: gouden kind) of pleegkind aangenomen toen hijzelf 9 jaar oud was en het gezin aan de Zandbaai aan Java's zuidkust woonde. Het kind had de naam Bérina gekregen en werd Ina genoemd. Als ‘Silvia’ komt ze nog even voor in Het land van herkomst (Vw 3 p. 231).
500Marie van Gogh, die enige tijd huisgenote van DP's moeder op Gistoux was, wordt in Het land van herkomst gememoreerd als ‘Mimi van Gerth’ (Vw 3 p. 427 e.v.).
vorige | volgende in deze correspondentie
vorige | volgende in alle correspondentie