E. du Perron
aan
L. Guilloux

Parijs, 5 maart 1936

Paris, jeudi.

 

Mon cher ami,

Monsieur Schoup7585 est, paraît-il, un Belge qui a écrit un livre de guerre, et qui, à part cela, est un grand inconnu dans la littérature néerlandaise. Je ne sais pas de quelle revue mensuelle il peut être le rédacteur et Greshoff ne le sait pas non plus. (On peut s'en informer.) Mais ce qui est pire, c'est lui qui a traduit le journal d'un Homme de 40 Ans, non seulement très médiocrement, mais en faussant le ton d'un bout à l'autre. Je crois vous en avoir parlé.

Donc: que voulez-vous? Que le ‘public littéraire’ vous lira à cause de lui, est une rigolade. Mais ce public vous lit déjà, et en français. - M. Schoup peut certainement toucher un autre public, celui qui se fout complètement d'une traduction bonne ou mauvaise. Il se donne du mal, et quoique le Steenuil est une maison d'édition de 4e ordre, mieux vaut être édité que non.

Si vous tenez à une bonne traduction, il faut (si vous le pouvez) défendre à M. Schoup de toucher à votre livre. - Si vous estimez que cela a peu d'importance, puisque le ‘public littéraire’ vous lit en français, et que par la traduction de M. Schoup vous pouvez tout aussi bien toucher par exemple le prolétariat hollandais, - alors, pourquoi pas?

Ceci dit, je suis assez amer de vous avoir vu si peu, non pas à cause de Greshoff, mais pour mon compte personnel. Mais je me suis dit que, décidément, Paris n'est pas Saint-Brieuc. Vous aviez notre numéro de téléphone...

Greshoff vous envoie son meilleur souvenir - lui est carrément contre le Schoup, parce que, comme il dit, il a soigneusement comparé la traduction de Guéhenno avec l'original, - Bep et moi nous vous saluons, sans oublier Renée et Yvone. Je ne veux pas terminer en supposant que si le Roselier n'a rien perdu de son charme, l'ami-tié peut avoir perdu de son éclat.7586 Ça doit être plutôt le ‘tourbillon de Paris’, pour parler avec d'autres auteurs à gros tirage.

Bien à vous,

EduP.

 

Bep, qui donne la bouillie à Alain, me dicte: ‘Renée, merci beaucoup de vos nouvelles et de la culotte blanche, dans laquelle Alain sera portraicturé.’ - Il paraît que c'est tout. Ah non, il y a encore qq. chose:

‘C'est pas Germaine mais Parry7587 qui a le négatif (?) de cette photo agrandie.’

Ça me paraît très rouletabillesque aussi. Bon, je me retire.

7585De Belg Jean Gustave Schoup (1893-1944) vocht na zijn studie in Antwerpen als sergeant in de eerste wereldoorlog. Hij richtte in 1929 in Brussel het weekblad De Nederlander op. In 1932 vestigde hij zich voorgoed in Nederland, waar hij zijn autobiografische oorlogsroman In Vlaanderen heb ik gedood (Rotterdam 1932) publiceerde. Hij vertaalde o.a. Jean Guéhenno, Nu ik 40 ben, Amsterdam: De Steenuil 1935.
7586Toespeling op ‘Le presbytère n'a toujours rien perdu de son charme ni le jardin de son éclat’, een sleutelzin uit de roman Le mystère de la chamhre jaune (1907) van de succesvolle auteur Gaston Leroux (1868-1927). Dit zinnetje helpt de verslaggever-detective Rouletabille om de oplossing van zijn zaak te vinden. Leroux ontleende deze zin aan George Sand: ‘Le presbytère n'a rien perdu de sa propreté ni le jardin de sen éclat.’ (Mélanges 1837). De 18-jarige reporter Rouletabille is in Het land van herkomst (p. 295; Vw 3, p. 328) een voorbeeld voor de jonge Arthur Ducroo, wanneer hij bij de krant werkt.
7587De fotografe Germaine Krull (1897-1985), die enige tijd met de cineast Joris Ivens (1898-1989) getrouwd was, en de fotograaf Roger Parry (1905-1977), auteur van het Parijse portret van DP, dat bij de publikatie van Het land van herkomst verspreid werd, en van het affiche voor La condition humaine. DP bewoonde vanaf 15 maart 1935 een 2-kamer-appartement in het flatgebouw boulevard Murat 88, waar Parry zijn onderbuurman was (zie Brieven V, p. 297)
vorige | volgende in deze correspondentie
vorige | volgende in alle correspondentie