E. du Perron
aan
V. Larbaud

Bellevue, 2 februari 1933

Bellevue, 2 janvier 19332531

 

Cher Monsieur,

C'est extrêmement gentil de vous de ne pas m'avoir oublié. Mais avez-vous reçu la lettre dans laquelle je vous ai remercié pour Technique et donné ma nouvelle adresse? Car j'habite la France, actuellement, Bellevue (S. et O.), 24 avenue du 11 Novembre, pour être précis.

Le Gistoux est en train d'être liquidé, les meubles sont vendu, ‘les briques ne trouvent pas encore acheteur’. Pour le dire autrement: ‘Mon peutit chiâto est vuidé, et attend le commissaire-priseur’. Je suis en train de me demander quand les braves gens auront raison, qui écrivent sur les murs, ici: ‘Vive les Soviètes’; c.à.d. quand nous serons liquidés complètement en faveur de ce fameux ‘homme nouveau’ qui me paraît si bête.

Si vous venez à Paris dans un temps pas trop éloigné, voulez-vous me rencontrer quelque part? J'en serais très heureux, et non seulement cela, je vous le demande un peu dans un but utilitaire, ayant l'intention d'écrire un grand article sur vous dans De Gids, qui est un peu le Mercure de France hollandois*.

Croyez, cher Monsieur, que je vous retourne le plus sincèrement possible vos voeux de nouvel-an, et que je reste votre bien dévoué.

EduPerron

2531Gezien de mededeling dat Gistoux wordt opgedoekt en de meubels verkocht zijn, lijkt DP's datering onjuist.
*Oh!... enfin...
vorige | volgende in deze correspondentie
vorige | volgende in alle correspondentie