E. du Perron
aan
Oscar Duboux

Brussel, 1 augustus 1923

Brux. 1 Août 1923.

 

Mon cher Jacques,

Creixams est ici; on a parlé de toi: il ne t'apprécie point. Nous avons fait des parallèles entre toi et Jeffay, en partant de tout différents points de vue. On a mis une annonce dans Le Soir pour des modèles; comme résultat l'arrivée d'une petite femelle assez mal foutue, hier. Elle reviendra aujourd'hui, tout à l'heure. Comme Creixams est allé déjeuner avec un ami Belge j'aurai le plaisir de commencer tout seul. J'ai essayé de faire de la peinture aussi; c'est bigrement plus difficile que je ne croyais. Je retombe dans le dessin. ‘Dessins des seins’ dirait Angenot - quand il est spirituel.

J'ai trouvé la femme-corps. Comme femme-âme, pour la tendresse intellectuelle, je ne vois toujours que ta soeur; avec des envies vite réprimées de te ‘tromper’ avec Winnie. Seulement, au point de vue idéal, il n'y a pas de comparaison pour moi entre les deux: je préferè Julia de bien bien loin. Il y a en elle qq. chose de calme - un calme qui comprend le reste, qui ne se complaît pas bêtement en soi-même, comme on en trouve chez des femmes moins intelligentes, peut-être plus simples, mais en même temps (ne crois pas que ceci est paradoxal) plus prétentieuses. Donc: comme source de caresses pour mon esprit - qu'elle le veuille ou non - Julia.

Ma femme-corps est découverte depuis hier soir. Elle s'appelle Josette (pourquoi ne te dirais-je pas tout son nom?) Filippi. Elle a vingt ans; son père est Italien, sa mère Luxembourgeoise; elle-même parle le français, par affectation ou non, avec un terrible accent anglais. D'ailleurs: elle parle l'anglais, couramment même, puisqu'elle est gouvernante chez une famille anglaise, elle parle aussi le français (je l'ai dit déjà), l'italien, l'espagnol, l'allemand, le patois de Luxembourg. En somme polyglotte comme un maître d'hôtel.

Elle sait conduire un auto et une moto-cyclette. C'est à peu près tout ce que j'en sais sinon qu'elle est assez jolie, assez peu vulgaire pour me laisser quelques illusions, qu'elle a un sourire plaisant, des dents régulières, des bras appetissants, des doigts effilés, une chevelure abondante et très italienne, des épaules blanches, des seins ronds et fermes. Je compte mener mes investigations physiques et ‘psychiques’ plus loin, dans peu de temps. J'ai lieu de croire qu'elle sera ma maîtresse dimanche prochain. En attendant je m'observe, pour rester aussi froid que possible, tout en montrant une certaine ardeur que la galanterie exige.

A bientôt, mon vieux Jacques; écris-moi, nom d'une pipe!

Bien à toi

Eddy

 

Origineel: Den Haag, Letterkundig Museum

vorige | volgende in deze correspondentie
vorige | volgende in alle correspondentie