Evelyn Blackett
aan
E. du Perron

Oxford, 9 november 1929

Mardi - 15 h.

 

Dear. -

Vous m'avez rendue raisonnable - à force de me rendre peu raisonnable. - Si je vous revois, il se peut que - enfin, je ne serai pas en forme pour l'examen du ‘Fellowship’ - et le franc jeu exige que je fasse tout effort pour l'avoir - même si je n'en veux pas à ce moment. Je peux changer d'avis - et d'ailleurs, je pourrais toujours refuser l'argent (car en l'acceptant je serais obligée de passer encore trois ans à vivre cette vie restreinte), ce qui n'empêcherait pas que je sois ‘Fellow of the University of Durham’. - Voilà. - Allez chercher Malraux - et après les ‘casina ragazza’ (au pluriel: je ne sais pas l'italien) - si cela vous dit quelque chose - et puis à Noël, si vous voulez toujours me voir, je tâcherai de venir où vous voulez. (Si j'ai la bourse du ‘Fellowship’, je serai * même de faire un grand voyage à la rigueur: sans cela, je ne pourrai guère aller plus loin que la Belgique). - L'amour sans le franc jeu m'aurait rendue assez triste - et ce que je vous proposais dans ma lettre serait bien à Noël, mais pas en ce moment à Oxford - et avec la réalité du Fellowship qui s'approche. -

Je ne sais pas si vous pourriez m'écrire à l'avenir comme avant notre rencontre: pour moi c'est absolument la même chose. Tâchez de comprendre - et puisse que le père et le frère d'armes et - l'être qui comprend tout - continue à me laisser pénétrer plus avant dans son caractère. - Cela me ferait une peine très réelle si vous ne me permettiez pas faire franc jeu - et si je ne voyais pas la possibilité de vous retrouver à la fin de l'épreuve de Durham. -

Je vous envoie quelque chose de Somerset Maugham - ce qui pourrait être comme un symbole de ce que je rêve pour nos relations - jusqu'à Noël. -

Le franc jeu - le franc jeu - qu'il soit loué - et maudit à la fois! -

Eveline

 

Origineel: Den Haag, Letterkundig Museum

vorige | volgende in deze correspondentie
vorige | volgende in alle correspondentie